AC.

Modèles | Les “faux-tographes”

14 octobre 2019

Détecter les “faux-tographes”

Aujourd’hui, nous allons nous attaquer à un sujet un petit peu plus sensible. Quelque chose qui reste dans les tabous mais qu’il ne faut pas hésiter à dénoncer si jamais vous vous y retrouver confronté : les photographes pervers, plus communément appelé « Faux-tographe ».

C’est ainsi que je les qualifierais dans cet article. En effet, une telle personne ne peut être considérée comme un vrai photographe. Qu’il soit amateur ou non, nous ne parlerons pas de ses compétences photographiques ici, mais bien de son attitude.

Kézako ?

Je ne te fais pas un dessin, si le photographe passe plus de temps à tenter de te voir dénudée, ou à poser les mains sur toi, nous pouvons clairement dire qu’il n’est pas là pour faire du social.

Cela peut aussi être plus insidieux. Des demandes de rendez-vous incessantes mais pas de shooting qui aboutissent? Des questions très/trop intime ? Le faux-tographe aime tout savoir, tout voir, tout contrôler.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire il ne s’agit pas forcément de photographe amateur. Des photographes ayant pignon sur rue et même un certain talent rentre tout à fait dans les cases du Faux-tographe (attention je ne désigne personne ici). Je dirais même que ce sont les plus dangereux.

S’asseyant sur leur talent ainsi que leur notoriétés ils t’inciteront à passer à l’acte, te promettant en échange de faire de toi une star de la mode. Certain iront même jusqu’à vous envoyer des photos d’eux (surtout d’une certaine partie de leur corps avouons-le).

Tu l’auras compris, le faux-tographe est abjecte. Heureusement pour nous, il est aussi assez facile à détecter. Avec un petit peu d’astuce mais surtout une bonne dose de bon sens nous allons voir comment les démasquer.

Du bon sens tu dis ?

Oui ! « du bon sens ». Les signes d’une personne peux scrupuleuse sont souvent nombreux, ouvre l’oeil et le bon.

Ne soyons pas crédule, ouvrir son corps à un inconnu n’ouvre pas les portes de la gloire, tout aussi influant soit-il. Si une offre te semble être trop belle pour être vrai, c’est que c’est le cas. Si toute fois l’opportunité est réelle, je ne suis pas sûr que l’obtenir par ce biais là soit une bonne idée non plus (libre à toi).


Interrogatoire, enquête. Au moindre doute il faut creuser.

Je te parlais plus haut de rendez-vous qui n’aboutissent jamais sur un shooting, revenons sur ça. Le photographe te semble un peu lourd ? Voir même insistant ? Ne voyons pas le mal partout en criant au scandale tout de suite.
Nous sommes tous humain, il se peut que tu lui plaise simplement et qu’il ne sait pas comment t’en parler. Cela arrive et beaucoup de gens sont un peu maladroit avec ça. Le métier (ou la passion) de photographe est très vite stigmatisé, pointée du doigt, mais ne lynchons pas publiquement le premier venu.

Demande lui simplement la raison de tous ces rendez-vous qui n’aboutissent pas. À toi de juger en fonction de sa réponse par la suite (bien souvent quelqu’un d’un peu louche fera le mort si il se sent démasqué).

De manière générale, pour bien préparer un shooting et savoir sur qui tu tombes je te conseil d’enquêter. Il est toujours bon de se renseigner auprès des personnes qui ont déjà pu travailler avec le/la photographe.

Envoi leur un message simple, expliquant que tu vas travailler avec lui/elle et que tu aimerais leur ressenti lors de leurs collaboration. Un sondage auprès de 2-3 personnes te donnera déjà une bonne idée générale, évite les « on-dit », base toi sur les faits.

Evite également de ne consulter qu’une seule personne, un coup de malchance pourrait te faire tomber sur une personne avec qui le feeling ne serait pas passé et le photographe se verrai alors gratiné sans raison valable. Encore pire, tu pourrais même tomber sur un/une complice.

Behind the scenes capturé par @sanchez.of

La protection la plus sûr.

Si malgré tes questions, tes ruses et ton enquête un doute subsiste mais que ce projet te tente vraiment il reste une solution.

Utilise ton arme ultime : « je peux venir accompagnée ? »

C’est imparable ! Si les intentions de ce faux-tographes étaient néfaste ce sera un florilège d’excuses et de ruses pour te dissuader de venir accompagnée.

À grand coup de « cela nuira à ma créativité », peut-être même s’énervera-t-il de ta demande? Auquel cas laisse tout bêtement et simplement tomber ce projet.
À partir du moment où il accepte, que ce soit à contre coeur ou sans broncher, tu es sortie d’affaire. La présence d’une autre personne t’assurera de ne pas être seule lors de la séance.

Ce que tu dois retenir.

Dans ce milieu, il y a des gentils, des méchants, c’est comme partout. Ne généralisons pas, les photographes sont assez pointés du doigts mais nous ne somme pas tous mauvais. Ne voyons pas le mal partout, soyons tout simplement prudent et avisé.

Renseigne toi, demande des avis, enquête. N’hésites pas à rencontrer préalablement cette personne afin de voir par toi même et en dernier recours viens accompagnée tu t’éviteras déjà pas mal de désagrément ou de situation tout simplement gênante.
Je ne me suis pas exprimé sur la réaction a adopté si le faux-tographe avait des gestes déplacés malgré tes mesures préventive car cela va de sois (du moins à mon sens). Stop la séance immédiatement et part, il n’y pas de meilleure solution que la fuite à mon sens. Une confrontation physique serait un risque de t’exposer encore plus à un moment de vulnérabilité.

J’espère que cet article aura pu t’aider à y voir plus clair. La prudence est toujours de rigueur, si tu ressent le besoin d’en parler ou de me partager une expérience à ce sujet ma boite mail t’es grande ouverte (même juste pour un coucou d’ailleurs) alors n’hésite pas !

Article 1, petit a, prologue, bref ! Le début quoi !
Curabitur fermentum, nibh at scelerisque ultrices, lectus sapien tincidunt ligula, sit amet malesuada urna elit eu purus. Cras cursus leo ut molestie pharetra.